Salamandre tachetée

La Salamandre tachetée
Salamandra salamandra
Salamandra_salamandra_(Marek_Szczepanek)

Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) / crédit : Marek Szczepanek

Description
  • Coloration tachée ou lignée de jaune le plus souvent, parfois de rougeâtre, d’orange ou de rose saumoné, sur fond noir.
  • Membre long ; absence de palmure aux orteils.

 

Écologie

L’habitat terrestre est représenté principalement par le bocage et les boisements de feuillus ou mixtes, de plaine ou d’altitude. La Salamandre tachetée fréquente des forêts de pente fraîches de type hêtraie ou érablaie, des boisements humides de type aulnaie-frênaie, ainsi que des abords de sources dans les chênaies, des hêtraies, voire les pinèdes sèches sur calcaire.

L’habitat aquatique de la larve, qui se trouve à faible distance du gîte de l’adulte, est si possible bien oxygéné et thermiquement stable, comme les ruisseaux, les fontaines, les bassins des lavoirs, les sources… La Salamandre tachetée se contente cependant de toute dépression inondée, à condition peut-être qu’elle soit libre de poisson, telles que certains lacs et étangs, mares, divers bassins, marais, fossés et ornières des chemins.

 

Biologie

La période d’activité dure généralement de février-mars à octobre-novembre. Le gîte terrestre des adultes est souvent situé à moins de 100 m de l’habitat aquatique de la larve. Ce peut être une grosse pierre, un tronc d’arbre tombé au sol ou une grosse souche, un terrier de rongeur, un trou de taupe… L’adulte y retourne après chacune de ces sorties nocturnes à la surface du sol. Le temps favorable aux sorties est assez doux (8 à 14°C), humide ou pluvieux, en l’absence de vent ou de halo lunaire. La femelle peut se déplacer en journée, et même sur la neige, vers un site de parturition si le temps des naissances est arrivé. Le domaine vital d’un individu s’étend sur plusieurs dizaines de mètres carrés et recouvre partiellement ceux de ses congénères.

L’accouplement a lieu en milieu terrestre. L’ovulation et la fécondation se produisent en été (juin-juillet). La période de gestation dure quelques mois jusqu’à la fin de l’été (août-septembre) puis s’interrompt. L’embryon ne dépend habituellement que de ses propres réserves vitellines (ovoviviparité). A sa naissance, la larve est entourée d’une enveloppe souple et transparente, qui peu avant ou juste après l’accouchement s’ouvre pour lui laisser le passage. La période de mise bas varie selon les régions : elle a lieu entre janvier-février et mai dans le nord et l’est de la France, de septembre à mai, avec un pic en octobre-novembre, dans l’ouest de la France ; à partir de la fin mars jusqu’au début juin dans les Pyrénées.

Publicités